Bienvenue sur Miziknou

Calixte Gaston Martine Germain (Chaben)

Chanteur traditionnel guadeloupťen (1922 - 1987)

A propos de Calixte Gaston Martine Germain (Chaben)

Gaston Martine Germain CALIXTE dit « Chabin » ou « Chaben » mais encore « Lé Chab », chanteur traditionnel guadeloupéen, très bon parolier est né le 1er février 1922 dans la commune de Port–Louis en Guadeloupe. Son père, Adrien Léopold Valéry Germain CALIXTE dit « Pilo », cordonnier et tanneur était originaire d’Italie et sa mère Gracieuse FITAFFE, couturière est née en 1894 à Port-Louis. La famille CALIXTE habitait au quartier Rambouillet, non loin de la Croix.

À l’âge de 10 ans, Chaben vit seul avec son père. Sa mère a quitté ce dernier pour un autre homme vivant à quelques mètres de la maison familiale. Deux ou trois ans plus tard, le père meurt, suivi peu de temps après par sa mère. Renvoyé de l’école alors qu’il n’a que 14 ans, le gamin est livré à lui–même. De temps en temps mais principalement le week-end, sa sœur aînée lui rend visite. Ses amis Chacha et Joffre l’initient donc à la pêche pour subvenir à ses besoins. Puis, à partir de la période dite « Tan Sorin » (durant la Seconde Guerre Mondiale), inscrit en tant que marin pêcheur, Chaben est mobilisé en 1942 sur le bateau militaire « Jeanne d’Arc ».

A la fin de la guerre en 1945, il revient à Port-Louis. Malgré les différents tumultes naturels et sociaux, il a traversé les années, semble-t-il, en gagnant sa vie relativement bien. Mais sa vie personnelle (surtout avec les pourperettes, comme il avait tendance appeler la gente féminine) a été jalonnée d’évènements assez mouvementés.

C’est le chanteur Tino ROSSI qui a suscité en lui la vocation de chanter. Il a débuté sa carrière en chantant des romances mais c’est dans la musique populaire qu’il réalisa son rêve. Le déclic lui vint au cours de soirées « Léwoz o komandè » organisées par un certain monsieur Chòbòk, de son surnom. C’est là qu’il découvrit un chanteur de Gwoka, ouvrier originaire des Abymes et qui travaillait à l’usine Beauport. C’est ce dernier qui l’initia au Gwoka. Il prit même des leçons qu’il payait en poissons. Lé Chab, l’homme à la pipe est devenu par la suite un monument de la musique. Henri Célini a été l’un des ses premiers producteurs. Il nous laisse en héritage sa voix sur quelques faces de disques 45 tours avec des textes d'une grande recherche naturelle et d'une grande originalité. Chaben avait un sens inné pour improviser avec une poésie caustique des chansons retraçant le quotidien des Guadeloupéens. Avec "Zombi baré mwen", "Mwen sé la central", "Robertine"....Il parle avec un grand humour des scènes de la vie ordinaire Guadeloupéenne. Surnomé à juste titre "poète des mœurs de la Guadeloupe", il était un véritable maitre des veillées mortuaires traditionnelles Guadeloupéennes.

Chaben est mort le 2 mars 1987.

 

Source : Texte de Philippe Pilotin